Book: François de Joinville «Etre ou n.Etre Pas (Classic Reprint)»

Etre ou n.Etre Pas (Classic Reprint)
Excerpt from Être ou n'Être PasCet Opuscule est une page d'his toire et non une oeuvre de parti nous y rappelons des faits imparfai tement connus avec l'indépendance et la rigueur de la vérité. C'est à l'opinion publique, en admettant, comme sanction nécessaire, que le décret de bannissement soit légale.About the PublisherForgotten Books publishes hundreds of thousands of rare and classic books. Find more at www.forgottenbooks.comThis book is a reproduction of an important historical work. Forgotten Books uses state-of-the-art technology to digitally reconstruct the work, preserving the original format whilst repairing imperfections present in the aged copy. In rare cases, an imperfection in the original, such as a blemish or missing page, may be replicated in our edition. We do, however, repair the vast majority of imperfections successfully; any imperfections that remain are intentionally left to preserve the state of such historical works.
Формат: 152x220, 114 стр.
ISBN: 9780243981717

Характеристики

Вес: (г)193
Ширина упаковки: (мм)152
Высота упаковки: (мм)229
Глубина упаковки: (мм)6
Обложка: Мягкая обложка
Размеры: 0.600/15.200/22.900
Вес: 0.193
Возраст: 12

Другие книги схожей тематики:

Frederic Beigbeder

Dernier inventaire avant liquidation

N'oublions jamais que derriere chaque page de ces monuments d'un siecle revolu se cache un etre humain qui prend tous les risques. Celui qui ecrit un chef-d'oeuvre ne sait pas qu'il ecrit un… — Gallimard-Folio, Folio 2003 793 бумажная книга

François de Joinville

François d'Orléans (1818-1900)

Pour les articles homonymes, voir François d'Orléans.
François d'Orléans, prince de Joinville

François Ferdinand d'Orléans (1818-1900), prince de Joinville, est le fils de Louis-Philippe Ier, roi des Français et de Marie Amélie de Bourbon, princesse des Deux-Siciles.

Sommaire

Famille

Le prince de Joinville est le troisième fils (sur 5) et le sixième des 8 enfants du roi Louis-Philippe et de son épouse Marie-Amélie des Deux-Siciles.

En 1843, il épouse Françoise de Bragance (1824-1898), princesse du Brésil et du Portugal, fille de l'empereur Pierre Ier du Brésil (également roi du Portugal comme Pierre IV). Lors du mariage, le territoire où se trouve la ville brésilienne de Joinville, constitue une partie de la dot de la princesse.

Le couple aura trois enfants :

  • Françoise d'Orléans (1844-1925), qui épouse en 1863 Robert d'Orléans (1840-1910), duc de Chartres. La princesse est l'arrière-grand-mère de l'actuel « comte de Paris ».
  • Pierre d'Orléans (1845-1919), duc de Penthièvre. Sans alliance, le prince a toutefois eu deux enfants d'une femme mariée :
    • Jeanne Lebesque (1879- ), qui épouse le marquis Jean de Gouy d'Arsy
    • Pierre Lebesque (1881-1962).
  • une fille, mort-née le 30 octobre 1849.

Biographie

Origine

Le prince de Joinville naît à Paris le 14 octobre 1818. Comme ses frères, il passe ses premières années au lycée Henri-IV où il remporte de véritables succès. Autant pour obéir aux ordres du roi, son père, que pour suivre ses propres goûts, le prince se dispose à entrer dans la marine par des études spéciales, subit ses premiers examens à Brest et commence à l'âge de 13 ans l'apprentissage du métier de marin. Il s'embarque à Toulon, au mois de mai 1831, comme aspirant de 2e classe sur la frégate l'Arthémise, navigue sur les côtes de France et se rend en Corse, à Livourne, à Naples, à Alger. Là, il est soumis à toutes les épreuves imposées aux élèves de l'École navale.

Carrière militaire

Au mois d'août 1834, le prince de Joinville passe de nouveaux examens à Brest. Reçu élève de première classe, il s'embarque immédiatement à Lorient sur la frégate la Sirène, se rend à Lisbonne, aux Açores, et rentre en France après trois mois de navigation.

Le 25 mai 1835, il part, en qualité de lieutenant de frégate, sur la Didon et visite tous les détails des grands établissements de marine britanniques de Portsmouth et de Cork.

L'année suivante, il fait un voyage dans les mers du Levant, sur l'Iphigénie, en qualité de lieutenant de vaisseau. Il visite Smyrne, où il essuie une tempête horrible, Rhodes, Chypre, Latakié, Tripoli de Syrie, Beyrouth, Jaffa, Jérusalem, et une partie de la Terre sainte.

En 1837, à bord du vaisseau l'Hercule, il se rend à Gibraltar, à Tanger, à Ténériffe, débarque à Bone en octobre, et se met en route en toute hâte pour rejoindre l'armée qui marche contre Constantine. Cependant, le mauvais temps et la difficulté des routes le retardent, et il n'arrive que le 17 octobre alors que le drapeau français flotte déjà sur les murs de cette ville depuis le 13.

Avec le regret d'avoir manqué une occasion d'acquérir de la gloire, le prince reprend la mer, explore les côtes du Sénégal et visite Gorée. Il fait également plusieurs excursions à l'intérieur du continent noir, où il rend visite à quelques chefs de tribus. Puis, le prince fait voile pour le Brésil et arrive en janvier 1838 à Rio de Janeiro. Il consacre ce mois à visiter les provinces et reçoit à Rio sa nomination au grade de capitaine de corvette.

Du Brésil, le prince se rend en Guyane, à Cayenne, à la Martinique, à la Guadeloupe. Il visite Washington, Philadelphie, Baltimore, les chutes du Niagara, New York, Boston, etc. Partout, il recherche avec ardeur les occasions de s'instruire, étudiant les mœurs et les usages et suivant surtout avec intérêt les divers développements de la puissance maritime. Après dix mois de navigation, il débarque à Brest le 11 juillet 1838; mais son repos n'est pas de longue durée.

Le Mexique

Au mois d'août suivant, une escadre reçoit l'ordre de se diriger vers les côtes du Mexique pour mettre ses ports en état de blocus. Le prince de Joinville ayant reçu le commandement de la Créole, corvette de 24 canons, part de Brest le 1er septembre avec le contre-amiral Baudin, commandant de l'escadre.

Article détaillé : Guerre de la pâtisserie.

Le 27 novembre, l'amiral donne l'ordre d'attaquer Saint-Jean-d'Ulloa, fort qui défend la ville de Veracruz.

Article détaillé : Bataille de San Juan de Ulúa.

Le Levant

Le 10 février 1839, le Roi décore le jeune commandant de la Créole de la Légion d'honneur et l'élève au grade de capitaine de vaisseau.

Au mois de mai suivant, le prince prend à Cherbourg le commandement de la frégate la Belle-Poule. Il s'embarque à Toulon où il rejoint l'escadre d'évolutions commandée par l'amiral Lalande. Il est nommé chef d'état-major de la division navale et fait bientôt voile vers le Levant, sur le Jupiter. Il débarque à Constantinople où un épouvantable incendie ayant éclaté à Péra et à Galata menace d'engloutir le plus riche quartier de la capitale. Le prince accourt alors à la tête de ses marins et dirige les plus actifs secours. Son intrépidité et celle de son équipage parviennent à préserver la ville du plus immense danger.

De Constantinople, Joinville rejoint son escadre à Smyrne et débarque à Toulon à la fin de décembre.

Le transfert des restes de Napoléon

Le Transfert des cendres de Napoléon à bord de La Belle Poule, le 15 octobre 1840, Eugène Isabey

En 1840, le prince de Joinville participe au transfert en France des restes mortels de l'empereur Napoléon Ier.

Voyages

Au mois de mai 1841, le prince de Joinville, embarqué sur la Belle-Poule, va visiter Amsterdam et tous les ports ou établissements maritimes de la Hollande. Il fait ensuite voile vers l'Amérique, visite le Cap-Rouge, Halifax, New York, Philadelphie, Washington puis revient en Europe par Lisbonne, où il est reçu par la reine Dona-Maria, et rentre en France en janvier 1842.

Au mois de juin suivant, il repart sur la Belle-Poule avec l'escadre aux ordres du vice-amiral Hugon. Il accompagne alors son jeune frère le duc d'Aumale à Naples, puis à Lisbonne, et se dirige vers le Brésil, où il arrive le 27 mars 1843.

Ce voyage a pour but la demande en mariage de la princesse Françoise de Bragance, fille de l'empereur don Pedro 1er et sœur de don Pedro II. L'union des deux princes est célébrée à Rio de Janeiro le 1er mai 1843. Immédiatement après, le prince ramène son épouse en France.

Le 31 juillet 1843, Joinville est nommé contre-amiral avec voix délibérative aux séances du Conseil de l'amirauté.

Le Maroc

Après son mariage, le prince va rendre visite à la reine Victoria du Royaume-Uni avec sa femme. En 1844, le gouvernement français, mécontent des agressions réitérées des Marocains et de l'asile que ceux-ci accordent à Abd El-Kader, exige de leur part une réparation. Une escadre est alors envoyée sur les côtes du Maroc sous le commandement du prince de Joinville.

Article détaillé : Expédition du Maroc (1844).

Au mois de juin 1846, celui-ci prend le commandement de l'escadre d'évolutions réunie en Méditerranée. Passionné par les progrès très rapides des technologies nouvelles, le prince prend la tête de la commission chargée d'étudier l'organisation d'une marine à vapeur. Il apporte tout son appui à l'ingénieur Dupuy de Lôme.

Sur le terrain politique, l'opposition du prince à Guizot accroit sa popularité.

Le 3 juin 1847, Joinville fait rendre les derniers devoirs aux restes des prisonniers français de la Bataille de Bailén (guerre d'Espagne, 1808), morts de misère sur le rocher de Cabrera, et dont les ossements étaient restés sans sépulture.

Lorsqu'éclate la révolution de février 1848, le prince de Joinville se trouve à Alger, près de son frère le duc d'Aumale, gouverneur de l'Algérie depuis le mois de septembre 1847. Le 3 mars, les deux fils de Louis-Philippe s'embarquent sur le Solon pour le Royaume-Uni où ils rejoignent leurs parents proscrits.

Exilé avec sa famille, le prince participe aux côtés de ses neveux le comte de Paris et le duc de Chartres à la guerre de Sécession dans les rangs nordistes.

Revenu en France pendant la guerre de 1870, le prince combat clandestinement les armées prussiennes.

Élu aux élections de 1871, il devient député de la Manche et de la Haute-Marne.

Réintégré dans son grade, il est à nouveau exclu de la Marine par la loi d'exil de 1886.

Le prince de Joinville meurt à Neuilly le 16 juin 1900.

Il a laissé de savoureux Vieux Souvenirs illustrés de sa main, différentes études sur la Marine, l'État des Forces navales de la France, le gouvernement britannique et la guerre de Sécession.

Références

Liens internes

Liens externes

Source partielle

  • « François d'Orléans (1818-1900) », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852 [détail de l’édition] (Wikisource)

Bibliographie

  • Amiral Jacques Guillon, François d'Orléans, prince de Joinville, éditions France-Empire, Paris, 1990.
  • Portail de la France
  • Portail du monde maritime
Ce document provient de « Fran%C3%A7ois d%27Orl%C3%A9ans (1818-1900) ».

Источник: François de Joinville

Look at other dictionaries:

  • Petits Loulous — Renaud  Cet article concerne le chanteur français. Pour les autres significations, voir Renaud (homonymie). Renaud …   Wikipédia en Français

  • Renaud — Cet article concerne le chanteur français. Pour les autres significations, voir Renaud (homonymie). Renaud Surnom L …   Wikipédia en Français

  • Renaud Séchan — Renaud  Cet article concerne le chanteur français. Pour les autres significations, voir Renaud (homonymie). Renaud …   Wikipédia en Français

  • Langue romane — Langues romanes Pour les articles homonymes, voir Roman. On nomme langue romane[1] toute langue issue essentiellement du latin vulgaire (au sens étymologique de « populaire »), c est à dire la forme de latin vernaculaire utilisée pour… …   Wikipédia en Français

  • Langues Romanes — Pour les articles homonymes, voir Roman. On nomme langue romane[1] toute langue issue essentiellement du latin vulgaire (au sens étymologique de « populaire »), c est à dire la forme de latin vernaculaire utilisée pour la communication… …   Wikipédia en Français

  • Langues occitano-romanes — Langues romanes Pour les articles homonymes, voir Roman. On nomme langue romane[1] toute langue issue essentiellement du latin vulgaire (au sens étymologique de « populaire »), c est à dire la forme de latin vernaculaire utilisée pour… …   Wikipédia en Français

  • Langues romanes — Pour les articles homonymes, voir Roman. Langues romanes Région jusqu au XVe siècle : Péninsule Ibérique, France, Suisse, Italie, Balkans, actuelles Roumanie et Moldavie ; exp …   Wikipédia en Français

  • Linguistique romane — Langues romanes Pour les articles homonymes, voir Roman. On nomme langue romane[1] toute langue issue essentiellement du latin vulgaire (au sens étymologique de « populaire »), c est à dire la forme de latin vernaculaire utilisée pour… …   Wikipédia en Français

  • Philologie romane — Langues romanes Pour les articles homonymes, voir Roman. On nomme langue romane[1] toute langue issue essentiellement du latin vulgaire (au sens étymologique de « populaire »), c est à dire la forme de latin vernaculaire utilisée pour… …   Wikipédia en Français

  • Roman commun — Langues romanes Pour les articles homonymes, voir Roman. On nomme langue romane[1] toute langue issue essentiellement du latin vulgaire (au sens étymologique de « populaire »), c est à dire la forme de latin vernaculaire utilisée pour… …   Wikipédia en Français

  • Judéo-araméen — Le judéo araméen (hébreu: ארמית aramit, « araméen ») désigne en linguistique l’ensemble des langues et dialectes araméens parlés par les Juifs. Comme pour beaucoup de langues juives, ces idiomes sont influencés en mesure variable par… …   Wikipédia en Français

  • Breton De Batz-sur-Mer — Le breton de Batz sur Mer est la variante du breton parlé à Batz sur Mer (Loire Atlantique), dernier vestige des parlers bretons du Pays nantais. Les derniers locuteurs se sont éteints dans les années 1960. Sommaire 1 La langue bretonne en Pays… …   Wikipédia en Français

  • Breton Guérandais ou Nantais — Breton de Batz sur Mer Le breton de Batz sur Mer est la variante du breton parlé à Batz sur Mer (Loire Atlantique), dernier vestige des parlers bretons du Pays nantais. Les derniers locuteurs se sont éteints dans les années 1960. Sommaire 1 La… …   Wikipédia en Français

  • Breton de Batz-sur-Mer — Le breton de Batz sur Mer est la variante du breton parlé à Batz sur Mer (Loire Atlantique), dernier vestige des parlers bretons du Pays nantais. Les derniers locuteurs se sont éteints dans les années 1960. Sommaire 1 La langue bretonne en Pays… …   Wikipédia en Français

  • Breton de loire atlantique — Breton de Batz sur Mer Le breton de Batz sur Mer est la variante du breton parlé à Batz sur Mer (Loire Atlantique), dernier vestige des parlers bretons du Pays nantais. Les derniers locuteurs se sont éteints dans les années 1960. Sommaire 1 La… …   Wikipédia en Français

  • Breton du pays nantais — Breton de Batz sur Mer Le breton de Batz sur Mer est la variante du breton parlé à Batz sur Mer (Loire Atlantique), dernier vestige des parlers bretons du Pays nantais. Les derniers locuteurs se sont éteints dans les années 1960. Sommaire 1 La… …   Wikipédia en Français